Accueil > Faits Divers > L’élection est-elle démocratique ?

L’élection est-elle démocratique ?

mardi 26 juin 2012

Nos régimes n’ont jamais été pensés et voulus démocratiques. L’abbé Sieyès, qui a participé à la rédaction de la constitution en 1789, disait ceci :

Les citoyens qui se nomment des représentants renoncent et doivent renoncer à faire eux-mêmes la loi ; donc ils n’ont pas de volonté particulière à imposer. Toute influence, tout pouvoir leur appartient sur la personne de leur mandataire, mais c’est tout. S’ils dictaient des volontés ce ne serait plus un état représentatif, ce serait un état démocratique.

Dès lors, tous ceux qui militent dans les partis et qui sont, a priori, de fervents démocrates devraient s’interroger sur la meilleure façon d’aboutir à une démocratie, au lieu de considérer qu’elle existe déjà.

On sait que l’élection est aristocratique (au sens littéral : on choisit le meilleur). On sait que l’on ne peut élire que parmi des candidats que nous n’avons pas choisi. On sait que l’argent dépensé pendant la campagne a un lien avec les résultats du scrutin. On sait que nos élus ne sont pas compétents dans les domaines qu’ils gèrent (cf HADOPI, et bien d’autres exemples). On sait que le filtre des 500 signatures empêche certains candidats de se présenter.

Bref, ceci n’est pas une démocratie, alors qu’est-ce qu’on attend pour changer de régime ?

L’élection est dénoncée par un certain nombre de penseurs, philosophes, historiens, citoyens :

Bernard Manin
Alain Badiou
Yves Sintomer (Texte) (Vidéo)
Jacques Rancières
Jacques Testart (Texte) (Vidéo)
Etienne Chouard
Gil Delannoi

Des articles de journaux qui évoquent la solution du tirage au sort.

Slate
Rue89