Accueil > Faits Divers > À peine la Moyenne

À peine la Moyenne

mardi 26 octobre 2010, par Thierry Boteteme

Les pays les plus corrompus de la planète, selon l’ONG Transparency International, sont la Somalie, l’Afghanistan et l’Irak. Parmi les plus vertueux figurent le Danemark, la Nouvelle-Zélande et Singapour.

Au classement des pays corrompus, la France a régressé. Selon le classement établi par Transparency International, elle a perdu encore une place. Elle a cédé six places depuis 2007. Elle se classe désormais au 25e rang avec une note de 6,8 sur 10, sur 178 pays. Soit « derrière de nombreux pays européens tels que la Suède (4e), les Pays-Bas (7e), l’Allemagne (15e) et le Royaume-Uni (20e) ». Mais elle devance l’Espagne (30e), le Portugal (32e), l’Italie (69e) et la Grèce (78e).

Sur l’ensemble des pays d’Europe de l’Ouest, La France se classe 14e. Depuis 1995 et la création de ce classement annuel, réalisé à partir de différentes enquêtes auprès d’hommes d’affaires et de spécialistes, elle n’a jamais fait mieux que la 18e place mondiale (1995, 2005 et 2006). Pour 2010, elle ne fait néanmoins pas partie des pays pour lesquels l’ONG pointe une « détérioriation » de la situation sur un an, parmi lesquels on compte notamment les Etats-Unis, la République tchèque, l’Italie et la Grèce.

Le Danemark, la Nouvelle-Zélande et Singapour forment le trio de tête des pays les moins corrompus, avec un indice de confiance de 9,3. La Somalie arrive en dernière position (178e), avec une note de confiance de 1,1, tandis que la Nouvelle-Zélande, le Danemark et Singapour se placent en tête du classement avec 9,3. Parmi les mauvais élèves, ex-aequo la Birmanie et l’Afghanistan (1,4), précédés par l’Irak (1,5).

Transparency International a mené des études auprès d’entreprises et d’experts afin d’y mesurer l’indice de perception de la Corruption (IPC) affectant l’administration publique et la classe politique.

« Ces résultats montrent que des efforts beaucoup plus importants doivent être accomplis pour renforcer la gouvernance dans le monde. Lorsque la survie d’un si grand nombre de personnes est en jeu, les engagements des gouvernements en faveur de la lutte contre la perception, la transparence et la redevabilité doivent se traduire par des actes concrets », souligne Transparency International.